Théâtre Kan'h
30 vieille Halles aux blés 1000 Bruxelles

Infos & réserv. : 
02/ 502.00.07

Email : 
kanh@kanh.be 

Fax : 02/ 502.17.87

Site officiel : 
www.kanh.be
 

Ouvert du mardi au vendredi de 16:00 à la nuit, le weekend de 11:00 à la nuit

Kan'h propose également des concerts, soirées DJ's, performances, soirées lecture, stages pour enfants et adultes.  














avantage
1 place de concert achetée + 1 place gratuite  
(max 10 places gratuites par concert) 
Réservations au 02/502.00.07 en mentionnant le site iDearts

Deuxième édition des RENCONTRES SOUFFLE & VOIX

Certains se souviennent, l'année dernière, de l'incroyable prestation de PHIL MINTON, tant sur scène que comme maître de stage ; toujours animée par le désir d'offrir un regard "parallèle" , une ouverture créatrice, novatrice, différente sur les possibilités infinies qu'offrent le souffle et la voix, KAN'H invite cette année, pour la deuxième édition de ces rencontres, ANDRÉ MINVIELLE en personne pour un atelier de deux jours et deux concerts.

jeudi 22 et vendredi 23 avril [11:00-17:00] 
ATELIER souffle&voix donné par ANDRÉ MINVIELLE
Destiné aux musiciens, chanteurs, poètes et créateurs qui travaillent de près ou de loin l'improvisation, le souffle et la voix, ou qui ressentent à tout le moins l'envie de s'en approcher, un atelier de deux jours orchestré par André Minvielle, en accord majeur avec le projet "Suivez l'accent" que cet autonome à toper de l'onomatopée développe dans ses chaudrons  à travers toute la francophonie. Une expérience certainement inoubliable et indubitablement enrichissante...
Participation : 100 euros pour deux jours d'atelier, comprenant l'entrée gratuite aux deux concerts !
RENSEIGNEMENTS ET INSCRIPTIONS ATELIER (avant le 12 avril svp) : 02/502 00 07 ou kanh@kanh.be
PAIEMENT ATELIER : 100 EUROS À VERSER SUR LE COMPTE N° 210-0283251-63 avec en communication "atelier Minvielle" + vos coordonnées

samedi 24 avril [21:00] 
ANDRÉ MINVIELLE en concert / 10 - 8,5 euros (membres KAN'H)
Batteur, scatteur, rappeur, rime-ailleurs, André Minvielle au sommet de son arbre à palabre bouscule les mots et les conventions ; il est sans doute une des plus jolies surprises de la scène française de ces dernières années.
André MINVIELLE nous vient de Gascogne où il pratique, outre le chant gascon, un art nouveau nommé " Vocalchimie"... Son univers est fait d'humour, d'improvis'action ". Il mélange tradition et modernisme, vieux porte-voix et sampleurs. Tout y passe : un traditionnel gascon, une béguine "gasconcubine", un thème de MONK (Mysterioso) " revisité " par la COMPAGNIE LUBAT sur scène, un petit blues en passant, un hommage aux chants pygmées. Autant de styles qui font son originalité. André MINVIELLE n'oublie pas pour autant ses débuts dans les bals musette avec La Valse à Hum, dont le texte est résolument d'actualité, mais écrit dans un style d'époque, qu'il fait suivre immédiatement par un "Rap Scat" enflammé (le rap, tout le monde connaît, pour le scat, révisez Les Aristochats), chanté à la manière de Charlélie COUTURE. D'ailleurs, il possède une " voix-caméléon " capable de s'adapter à tous les styles, ou d'imiter scrupuleusement son professeur de percus qui, comme chacun sait, était bègue.
Il faut avoir vu André MINVIELLE pour le croire : seul avec son porte-voix et son sac de sport, accompagné par des musiciens de jazz aux idées larges, il amuse, improvise, chante plus vite que son ombre. (in TRAVERSES http://traversesmag.org/articles/avantfolklores.htm)

"La musique se joue souvent dans des endroits réservés, spécialisés : les jeunes avec les jeunes, le rock avec le rock, le jazz avec le jazz... Ma démarche est une façon de passer à travers tout ça, afin de toucher un public de 7 à 77 ans. Ce que je cherche avant tout, c'est transmettre, et transmettre c'est aussi mettre en transe." (André Minvielle pour Le Journal du centre, 12/11/98)

Le marché Improjazz, comme l'année dernière, se tiendra dans le KAFÉ KAN'H durant les trois jours.

Bien qu'un tel événement puisse sembler à priori ne devoir toucher qu'une fraction spécialisée de la population mélomane, le choix de l'invité est déterminé - outre pour ses incontestables qualités artistiques  - aussi et surtout pour ses qualités humaines, son aptitude à toucher le cour d'un public non averti, mélangé, et la philosophie tout informelle qui soutend son action. Ainsi, André Minvielle est tout sauf  un théoricien pompeux ; plutôt que de paraphraser, quelques lignes tirées de la presse devraient en donner un aperçu significatif :

"S'il ne cherche pas à avoir un style particulier, André Minvielle s'inscrit pourtant dans la mouvance jazz actuelle. "le jazz est entré dans ma vie par la fenêtre, ou si vous préférez par mon oreille (...) Pour moi, le jazz est un carrefour. Je n'aime pas les ronds-points, car on y tourne en rond. Un carrefour, en revanche, c'est un lieux où il y a des accidents, des rencontres, bonnes ou mauvaises, un peu comme le jazz (...) et il a du être comblé, hier au Pac des Ouches, ou un public aussi vaste que nombreux est venu lui faire un véritable triomphe. "La musique se joue souvent dans des endroits réservés, spécialisés : les jeunes avec les jeunes, le rock avec le rock, le jazz avec le jazz... Ma démarche est une façon de passer à travers tout ça, afin de toucher un public de 7 à 77 ans. Ce que je cherche avant tout, c'est transmettre, et transmettre c'est aussi mettre en transe." (Le Journal du centre, 12/11/98)

" Donnez-lui un mot, il rebondit. Demandez-lui lequel, il hésite.
Finalement, va pour "chlop!". André Minvielle, cultivateur d'onomatopées, rit. Figure sympathique d'un "papet" de Provence (...).  Voyageur du monde au milieu de la ville, avec pour seul passeport le rythme qui coule dans les veines. Et l'accent, évidemment, on ne se refait pas. Mais qu'est-ce qu'on rigole (...). Lui a choisi l'onomatopée comme domaine d'activité.  Langage sans âge certifié sans engrais, l'onomatopée sonne "autonome à toper" aux forges des ateliers de Dédé. "Mon travail d'éducation à la musique et à l'improvisation commence par une présentation sous forme d'"autonome à toper", c'est-à-dire à partir d'anagrammes autour de son prénom (...).

Au-delà du sens du bruit, l'onomatopée désigne une origine, c'est une façon de goûter les mots, de les mettre en bouche, de les faire tourner..." Le mystère s'opère dans les fameux chaudrons dont il accompagne ses concerts(...), puis un concert-atelier provoque la rencontre avec le public(...) Gourou des grandes gorges, accoucheur de sons trop longtemps accrochés, transbordeur de transe africaine version ripaille, Armagnac-garbure, chez Minvielle, on festoie... "
(Christelle Longequeue dans Intra Muros 19-26/03/03)

"Lorsqu'il chante, il lâche tout, c'est tellement rare." Le compliment vient de Dee Dee Bridgewater dans le dernier numéro de Jazzman et s'adresse à André Minvielle...

"Les spectateurs sont invités à venir improviser avec lui sur scène.
Quelques-uns se proposent : "ça existe encore de nos jours, des gens qui n'ont pas peur du ridicule." L'expérience est hallucinante, ça va du trash hip-hop au raggamuffin occitan, du jazz échevelé aux vocalises insensées et aux rugissements libérateurs. Contagieux." (La République des Pyrenées", 04/04/2000)

Infos & réserv.: 02/502.00.07 ou kanh@kanh.be 
Site officiel : www.kanh.be  

 

  iDearts © 1999-2003 - All rights reserved